Le parti de la
Pendant la Révolution, l’Islam maintient son objectif : conquérir la France

TIENS DONC, MAIS C’EST L’ISLAM QUI POINTE À NOUVEAU SON NEZ ?

En pleines prémisses d’un conflit civil qui va faire des morts entre Français, dans le souvenir encore bien gluant des massacres commis par des musulmans sur le sol français, le président de la République française a tenu à rassurer les mahométans installés sur le sol de son pays.

On va tout faire pour que l’Islam se sente bien en France, c’est juré.

Entre deux crises de fou-rire à peine maîtrisé devant la niaiserie de Choupinet étalée comme du miel sur un baklava, les Kbibech (Marocain), Ogras (Turc) et autres officiers supérieurs du Prophète ont même eu le temps de se plaindre de l’immonde stigmatisation dont ils sont, semble-t-il, les victimes de la part d’un peuple décidément rétif aux enseignement de leurs maîtres. « Ah, M’sio Macron, alors qu’nous, on vous aime d’amour, wouallah c’est dur, la Fronce, faut faire quequ’chose pour nous« .

Promesses choupinesques. Les autres n’y ont sûrement pas cru, mais ils ont fait semblant.

Au moment où les premiers blessés de la guerre civile contemplent leurs moignons sur des lits d’hôpital, et leurs visages énucléés dans les miroirs de l’infamie, quand Luc Ferry suggère que l’on mate la révolte des citoyens en tirant dans le tas, en d’autres termes, que l’on reconstitue le Mur des Fédérés quelque part du côté des Champs-Élysées, les « Musulmans de France » se plaignent de n’être pas aimés. Est-ce que quelqu’un, par simple compassion, peut me sortir de cet abominable naveton ?

[...]

source:  via lesobservateurs



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :