Le parti de la
Migrants : Accord Franco-britannique collaborationniste.

CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.

Annoncées vendredi avec tambours et trompettes, les dispositions prises par les gouvernements français et britanniques visant à « stopper les traversées illégales de la Manche par des clandestins » s'inscrivent dans la grande tradition collaborationniste de la gestion européenne de l’immigration, faite de renoncement et d'acceptation passive de la colonisation.
Loin de revenir sur les fameux accords du Touquet signés par Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac en 2003, accords qui revenaient à confier à la France le soin de jouer les gardes frontières en région calaisienne, les mesures annoncées viennent en renforcer les grandes lignes avec tout au plus un concours à peine plus actif des forces de sécurité maritimes du Royaume encore uni. Castaner, de fait, à tout simplement cédé à son homologue britannique qui, légitimement irrité de ce que 504 clandestins avaient réussi ces derniers mois à gagner les rives anglaises, réclamait à cor et à cri une politique plus ferme de la France qui devra donc tout faire pour conserver ses populations allogènes sur son territoire si accueillant,
D’avantage de patrouilles sur les côtes comme le prévoit le protocole signé, plus de présence de bâtiments anglais, contrôle « 24h sur 24 » des espaces maritimes, lutte prétendument accrue contre les filières de passeurs… Rien de tout cela ne changera évidemment quoi que ce soit à la réalité d'une situation invasive des deux côtés du Channel ni surtout à celle, chaque mois plus dégradée, que connaissent les Calaisiens et que subissent tout au long des côtes de la Manche nos compatriotes sur un sol français abandonné aux tribus de jungles dix fois démantelées et dix fois reconstituées, un sol français en voie d’envahissement.
Pour le Parti de la France, il ne s'agit pas d'empêcher les migrants de franchir la Manche mais de leur interdire définitivement et par tous les moyens de traverser la Méditerranée.
Ou alors, en sens inverse…